[Fiche pratique] Technique : les dégradés

Aujourd’hui je m’intéresse à une technique de base : les dégradés. Oui au pluriel, non pas que je tienne compte de l’infinité des coloris possibles mais parce qu’il y a plusieurs méthodes pour y parvenir !

Il s’agit d’obtenir une bande de pâte où les couleurs varient progressivement, où les couleurs ne sont pas juxtaposées mais se fondent l’une en l’autre pour une transition graduelle. On peut avoir toutes sortes de dégradés, d’une teinte claire à une teinte foncée de la même couleur (camaïeu, ex : bleu clair à bleu foncé), un dégradé de couleurs (ex : jaune-orange-rouge), un arc-en-ciel ou d’autres couleurs variées.

On peut faire des dégradés au rouleau ou à la machine à pâte. A force d’étaler, en repliant la pâte toujours dans le même sens (et en commençant par le bord plié pour chasser l’air), le dégradé se forme par mélange des couleurs.

Méthode 1 : le dégradé en paliers

Avant que les méthodes de dégradé se multiplient, on utilisait une technique fastidieuse. Pour un dégradé à deux couleurs, on réalisait plein de carrés dans les deux couleurs et on les additionnait dans des quantités variables de manière à obtenir plusieurs nuances intermédiaires aux deux couleurs de base. Puis on les juxtaposait et on en faisait une plaque. On obtenait alors un dégradé où les nuances étaient côte-à-côte et non fondues, le passage de l’une à l’autre était tranché et non mélangé.

Polymer Clay Tutor (vidéo en anglais)

Méthode 2 : Skinner blend (le dégradé classique avec triangles)

Quand on s’intéresse aux dégradés, on voit souvent l’expression “Skinner blend“car l’une des méthodes les plus connues a été mise en place par Judith Skinner en 1996. Elle a révolutionné la manière de faire les dégradés en simplifiant énormément le travail par rapport à la première méthode.

Pour sa méthode, on juxtapose des triangles de pâte de couleurs différentes. Avec deux couleurs, on fait deux rectangles qu’on coupe ensuite en diagonale pour obtenir des triangles. Si on choisit de couper d’un angle à l’autre (aligned method) pour obtenir deux véritables triangles, on obtient un dégradé totalement mélangé, peu contrasté, où les couleurs originelles ont disparu. Si on coupe à partir des côtés opposés (offset method), à plus ou moins 1 cm de l’angle, pour obtenir des triangles dont il manque une pointe, on obtient un dégradé dont les extrémités sont les couleurs originelles. On peut aussi simplement poser les triangles légèrement en décalé et couper les pointes.

Crédits : Desired Creations

Crédits : Desired Creations
Crédits : Desired Creations

J’ajouterai que quand vous coupez vos rectangles, vous obtenez deux triangles de chaque couleur, il suffit alors de les superposer couleur par couleur pour obtenir plus d’épaisseur et donc un dégradé plus grand (car plus de pâte). Exemple en vidéo par Yonat Dascalu (elle éclaircit aussi son dégradé en ajoutant une bande de blanc).

Pour un dégradé à trois couleurs ou plus, on découpe des triangles que l’on place en quinconce et on coupe les extrémités pour avoir une plaque rectangulaire.

Dans tous les cas, si vos triangles ont une pointe entière, les couleurs vont entièrement se mélanger. Si vos triangles ont une pointe coupée, leurs couleurs apparaîtront dans le dégradé final.

Dans la plupart des tutoriels, vous verrez des triangles découpés proprement et d’épaisseur régulière mais j’ai aussi vu des triangles modelés à la main où le résultat du dégradé est aussi satisfaisant.

Polymer Clay Tutor (vidéo en anglais) : elle explique et montre les deux types de dégradés bicolores, l’image d’introduction n’est pas représentative du contenu.

J’ai trouvé aussi des explications et des illustrations très claires en Anglais et en Tchèque sur le site de Lucy Struncova. Sa vidéo est très claire aussi. Elle procède légèrement différemment pour faire sa base à trois couleurs.

D’autres possibilités de dégradé sur https://issuu.com/lctools/docs/cutters-blends-en .

Cas particulier : le dégradé arc-en-ciel (Rainbow Skinner blend)

Quand on veut faire une plaque arc-en-ciel, le piège dans lequel on peut tomber c’est de préparer les sept couleurs puis les assembler en dégradé.

Crédits : Elfe Ine. Dégradé avec 7 couleurs.

Pourtant ce n’est pas obligé puisque l’une des caractéristiques du dégradé c’est de faire des mélange de couleurs ! Si on fait un dégradé avec du rouge et du jaune, on obtiendra une zone orange. C’est ce qui permet de faire un arc-en-ciel avec seulement les trois couleurs primaires : soit rouge, bleu et jaune, soit magenta, cyan et jaune.

FancyPuppet Créatrice (vidéo en français) : elle présente les deux types de dégradé arc-en-ciel avec 3 couleurs.

Un autre exemple en photos (commentées en anglais) où le dégradé se fait avec quatre couleurs : rouge, jaune, cyan et magenta. Les dimensions des triangles sont données (sur ce site russe, le patron en centimètre est plus clair), elles permettent d’avoir un dégradé régulier où chaque couleur fait à peu près la même largeur.

Crédits : PoLEIGH

Variante

Cette méthode ressemble très fortement au Skinner Blend, c’est le même principe au détail près que l’on utilise des parallélogrammes à la place des triangles, le résultat est le même.

Crédits : Alkhymeia

Crédits : Alkhymeia

Méthode 3 : le dégradé régulier (Simmons-Skinner blend)

Carol Simmons a travaillé à l’amélioration du Skinner blend pour que les nuances soient mieux réparties, que le dégradé soit plus régulier. Avec les triangles de Judith Skinner, les nuances foncées dominent, elles couvrent une grande partie du dégradé et il perd en luminosité. Carol démontre, avec des explications complexes et détaillées, que la ligne de jointure des deux couleurs initiales ne doit pas être une ligne droite mais une courbe.

Crédits : Carol Simmons

Crédits : Polymer Clay Workshop

Crédits : Polymer Clay Workshop

Vous pouvez retrouver plusieurs modèles en passant par le Pinterest de Polymer Clay Workshop !

Méthode 4 : le dégradé avec des gouttes/larmes (teardrop blend)

La préparation de cette méthode est plus rapide : faites des gouttes (en volume) et placez-les en quinconce. C’est une méthode développée par Cindy Lietz (alias Polymer Clay Tutor). Si vous le faites au rouleau, vous repliez la pâte sur elle-même comme d’habitude, mais de temps en temps il faut rouler la pâte comme une canne puis étaler et replier. Si on zappe cette étape, la pâte va s’étaler de plus en plus en largeur et former une fine bande plutôt qu’un rectangle. Si vous utilisez une MAP, pas besoin de rouler la pâte, il faut juste la replier comme d’habitude.

Polymer Clay Tutor (vidéo en anglais) : comment faire un dégradé au rouleau.

Polymer Clay Tutor (vidéo en anglais) : méthode du dégradé avec larmes avec un contraste de couleurs accentué par l’ajout de blanc après coup.

Méthode 5 : le dégradé avec des carrés

Encore plus simple, la méthode de Pïnklily, qu’elle a appelé “dégradé de feignasse (lazy blend)”, avec des carrés approximatifs que l’on replie l’un sur l’autre. Avec cette méthode, le dégradé présente beaucoup moins de nuances.

Crédits : Les fantaisies de Pïnklily. Dégradé avec deux couleurs.

Crédits : Les fantaisies de Pïnklily. Dégradé avec trois couleurs.

 

Dans le même genre mais en pliant les rectangles dans l’autre sens :

Crédits : Polymer Clay Beads

Crédits : Polymer Clay Beads

Méthode 6 : le dégradé avec des points (dot blend)

J’ai découvert une méthode encore plus simple que la méthode de feignasse de Pïnklily ! Meg Newberg (Polymer Clay Workshop) dépose tout simplement des morceaux de pâtes (plus ou moins ronds) sur une plaque de pâte blanchâtre. On peut ajouter des nuances supplémentaires en rajoutant des petits bouts de pâtes au premier dégradé.

Crédits : Polymer Clay Workshop

Crédits : Polymer Clay Workshop

Variante

Au lieu d’utiliser des petits disques de pâte, déposez des petits tas de poudre ou de peinture. Obligatoirement, l’étape suivante est de plier en deux votre plaque pour éviter que tout ne s’échappe avant même d’atteindre la machine à pâte.

Dans le même style, on peut utiliser des colombins à la place des ronds :

Crédits : Kreativ Fimotic

Crédits : Kreativ Fimotic

Méthodes 7 : dégradé avec pavés superposés

Autre méthode facile, faire des rectangles de différentes couleurs et les faire se superposer un peu. Dans l’exemple ci-dessous, la plaque de doré permet de bien maintenir les rectangles ensemble et d’apporter du scintillement au dégradé final.

Crédits : Syndee Holt

Crédits : Syndee Holt

Variantes

Toutes ces méthodes sont des bases, libre à vous de les adapter pour obtenir d’autres résultats ! Par exemple, faire des triangles dissymétriques pour obtenir un dégradé irrégulier.

Crédits : Petriioni

Crédits : Petriioni

Crédits : Amatista
 

Crédits : Lucy Clay Tools

Astuces

Si votre dégradé devient trop large pour passer dans votre machine à pâte ou tout simplement que vous le vouliez étroit, vous pouvez le réduire sans l’abîmer. Il suffit de rouler la plaque sur elle-même pour former une canne. Pressez ce colombin pour obtenir un boudin trapu. Il suffit ensuite de l’écraser un peu et de le repasser à la MAP pour obtenir un petit dégradé.

Polymer Clay Tutor (vidéo en anglais)

Vous voulez que votre dégradé ait des bords droits pour éviter de trop les découper ensuite. Il suffit de tasser les bords presque à chaque passage pour qu’ils ne soient pas dentelés ou tordus. Plus d’explications sur le blog de Récréation fimologique.

Crédits : Récréation fimologique

 

Utiliser des chutes de pâte (scrap) pour faire un dégradé original, c’est possible !

Crédits : Fulgorine

Crédits : Fulgorine

Sources :
Pour faire cet article, je me suis beaucoup aidée d’un tableau Pinterest de DeCicco Boutique.
Image à la une de l’article : Lucy Struncova.

Enregistrer

3 réflexions sur “[Fiche pratique] Technique : les dégradés

  1. Bonjour,
    J’ai parcouru cet article avec beaucoup d’intérêt, merci d’avoir regroupé plusieurs méthodes, on voit bien les différences et cela permet de décider quelle méthode prendre en fonction du résultat escompté.
    Sylvie

Laisser un commentaire