[Challenge] Faire une boîte

Le challenge du groupe CréationFimo pour ce mois-ci était : faire une boîte entièrement en pâte polymère, pas d’autres matériaux de construction ou de support.

Je n’avais encore jamais fait de boîte, ma première idée était donc une boîte rectangulaire car ça me semblait être une forme plus facile à réaliser. En cours de route j’ai croisé une boîte triangulaire dans un livre qui m’a titillée et comme je n’avais pas préparé assez de pâte imitation bois pour faire quatre côtés j’ai opté pour la boîte à trois côtés.

J’ai fait des gabarits en papier à la va-vite en me disant que je corrigerai mes morceaux au montage. Un conseil : soyez précis dès le départ, ça vous évitera des galères futures. J’ai passé un bon moment à biseauter mes bords et à faire retouche après retouche pour tout ajuster (sachant que c’est compliqué de maintenir ensemble les morceaux de la boîte…).

Après ça j’ai rajouté une doublure que j’ai biseauté avant cuisson (non mais !) et j’ai assemblé en ajoutant de la Fimo liquide sur les surfaces déjà cuites.

Pour être sûre que ça tienne bien à la cuisson, j’ai mis deux bouts de ficelle à rôti. Encore une grossière erreur car apparemment la ficelle de cuisson se rétracte à la chaleur. Elle s’est donc enfoncée dans les angles de ma boîte et la pression a déformé un côté. A la fin de la cuisson, quand la pâte était encore chaude et donc un peu souple, j’ai bricolé au plus vite un truc pour redresser le côté (les couteaux ont laissé des ondulations, le serre-joint c’était pour l’angle fracturé).

Ensuite j’ai fait le couvercle en m’aidant de la boîte retournée sur ma pâte claire pour faire le gabarit. J’ai dû retailler les bords encore. Cette fois je n’ai pas doublé les côtés. Une fois mon couvercle cuit, j’ai assemblé mes plantes. Je mettais un peu de Fimo liquide sur mes doigts lors du façonnage des feuilles pour limiter les traces de doigts. Inconvénient, au montage ça glisse beaucoup ! Avant cuisson, j’ai mis du pastel sec sur les plantes (mais sur les foncées ça ne se voit pas bien).

Au départ, je pensais mettre des montants en bois façon barrière pour décorer les façades, mais comme j’avais un angle qui s’était gravement fissuré à la cuisson j’ai préféré mettre des renforts. Une fois que tout a été cuit, j’ai utilisé de la peinture acrylique pour rajouter des détails sur les plantes et sur le bois.

Pour conclure, j’avouerai que le rendu n’est pas du tout celui que j’avais en tête. Je trouve que la peinture a trop foncé mon bois alors que je voulais une teinte claire. J’ai mis trop de pastel sec orange du coup on ne voit presque plus la couleur de la pâte en-dessous (vert menthe). Mes deux autres plantes manquent de naturel mais j’ai eu du mal à faire des jolis formes et ensuite avec la peinture (et le choix des couleurs ?). En revanche, j’aime beaucoup l’effet rouillé des vis donné par la peinture marron sur le bois des angles. Ça fait peu de positif ? Peut-être pas tant que ça, on apprend de ses erreurs et de l’expérimentation, non ?

Matériels

Pour faire mon bois clair, j’ai mélangé à peu près à part égale de la Cernit sahara (747) et de la Cernit champagne (055) avec un peu de Fimo cognac (76). Pour la méthode, j’ai choisi celle du livre de Sue Heaser “Pâte polymère, l’art et la manière”.

Pour les angles c’est juste de la Cernit caramel (807) et de la Sculpey argent (5129) pour les vis.

Pour les plantes :

  •    4 parts de Cernit menthe (640)
    + 2 parts de Cernit bleu-gris (223)
    + 1 part de Cernit translucide ambre (721)
  •    5 parts de Cernit champagne (055)
    + 2 parts de Cernit translucide ambre (721)
    + 1 part de Cernit vert (600)
    + 1 part de Cernit porcelaine (010)
  •    2 parts de Cernit translucide ambre (721)
    + 1 part de Cernit vert (600)

Laisser un commentaire