Multi-tests : imitation céramique, Oyumaru, plaque de texture Cernit

Je me lance rarement dans des tests qui touchent à l’intégrité de ma pâte car j’ai toujours peur de rater et de ne pas savoir que faire de mes rebuts. Évidemment, la poubelle n’est pas une option puisque c’est le summum du gâchis. Et puis il y a des jours comme ça où on se lance, persuadée que, de toute manière, si on y croit, ça va marcher !

J’avais en tête depuis un moment de faire de l’imitation de céramique. En plus, c’est du genre hyper simple à réaliser donc tout à fait à ma portée. Pour cela, je voulais en profiter pour essayer ma nouvelle plaque de texture Cernit : bubbles. Elle est très jolie certes mais le motif est à l’envers pour ce dont j’ai besoin. Les contours sont en relief sur la plaque donc se retrouveront en creux dans ma pâte. Or je voulais remplir les bulles avec de la couleur. Qu’à cela ne tienne, c’est l’occasion parfaite pour tester l’Oyumaru que j’avais acheté en début d’année.

Je mets une casserole d’eau à chauffer et je contrôle la température avec ma sonde à rôti. Ça y est 80°C, je plonge mes deux bâtonnets dans l’eau. Enfin, je voulais qu’ils plongent, mais ça flotte… Après trois minutes je les sors (avec un ustensile bien entendu !) et je les sèche rapidement dans un torchon. Je malaxe pour en faire une boule mais déjà je sens que ça durcit, alors je replonge mon truc informe dans l’eau une petite minute. Ensuite, ni une ni deux j’en fais vite fait une plaque, avec plein de bulles d’air dedans tant pis, et je l’applique sur ma texture que je retourne pour appuyer dessus. Voilà j’ai mon empreinte !

A gauche la plaque de texture en silicone Bubbles de Cernit, à droite son empreinte en pâte Oyumaru
A gauche la plaque de texture en silicone Bubbles de Cernit, à droite son empreinte en pâte Oyumaru (Le jardin de Lys 2016).

Bon alors, mis à part le fait que je n’ai pu couvrir qu’une petite partie, il y a un coin où j’ai bougé et le motif est flou. Comme je n’ai besoin que d’une surface réduite je m’en contente. Le but de l’après-midi étant quand même l’imitation céramique, ne l’oublions pas !

Je prends de la pâte blanche car c’est celle qui a le meilleur rendu pour cette technique. Je passe un temps fou à la conditionner, j’ajoute même du ramollisseur (Fimo Mix Quick). J’ai l’impression que la Cernit ne se conserve pas très longtemps une fois le paquet ouvert, je trouve que c’est celle qui se dessèche le plus vite. Bref, j’ai une belle plaque blanche cran 1 de ma MAP (le plus large) et j’applique ma texture Bubbles en silicone. Je passe les détails sur mes tentatives pour bien faire le motif, et je découpe des formes à l’emporte-pièce, en ayant en tête de les transformer ensuite en pendentifs simples.

Je refais une plaque de blanc avec les restes et j’essaie enfin ma texture Bubbles en Oyumaru. La zone floue est aussi moche sur le modèle que sur la pâte mais j’ai une zone exploitable. Je découpe en suivant le contour de certaines bulles une forme aléatoire. Je refais une plaque, je redécoupe un carré. Oui je travaille avec des portions de pâte minimaliste… Et comme il m’en reste encore un peu, je repasse à la MAP mais au cran 7 cette fois et je réutilise la texture en silicone. J’aime beaucoup le rendu qui est très léger, par contre je ne pense pas que ça marche bien pour l’effet céramique, ou du moins celui que je m’imagine.

Je fais une première cuisson 10 min à 110°C théorique (donc plutôt 120°C) et, après refroidissement, je m’attelle à la coloration. Sur mon carreau de céramique je fais des petits tas de Fimo liquide au-dessus desquels je râpe des pastels secs. Je mélange avec un cure-dent qui me sert ensuite à prendre la pâte liquide et à l’appliquer sur mes motifs. Je teste des dégradés, des couleurs franches, plein de couleurs ! A noter qu’il est tout à fait idiot de râper le pastel puis mettre la pâte liquide par-dessus, en tout cas si on a un flacon entamé qui crache d’abord de l’air. Oui j’ai foutu du pastel partout, c’est presque aussi magique que d’expirer au-dessus du sucre glace (tiens j’ai envie d’une gaufre maintenant !).

Zoom sur l'imitation céramique avant cuisson (on voit les grains de pastel sec)
Zoom sur l’imitation céramique avant cuisson (Le jardin de Lys 2016).

Le mélange est plus ou moins uniforme, on voit par endroit les grains de pastel sec. C’est un travail long et minutieux, je manque un peu d’idées pour les couleurs, mais je m’accroche et je fais toutes mes pièces, sauf deux que je garde pour la photo de comparaison. Je mets à cuire à la même température que précédemment mais 15 min.

Imitation céramique avant cuisson
Imitation céramique avant cuisson (Le jardin de Lys 2016).

Tiens, en insérant la photo dans l’article, je vois que la couleur ne tient pas bien sur les bords des pièces fines. Le petit cercle rose par exemple, je croyais qu’il était devenu comme ça à la cuisson, mais en fait il l’était déjà avant ! Le cercle rouge-orange-rose, en haut à gauche, a été texturé en passant le rouleau façon “mince j’ai trop bougé la texture”, je voulais voir le rendu. Et les galets sont là pour maintenir ma feuille de cuisson, pour empêcher que ça ne se soulève dans le four.

Je vais faire une parenthèse sur les ratés.
Les ratés se classent, selon moi, en deux catégories : les ratés tatins et ratés fichus. Les ratés tatins, que je nomme ainsi en pensant à l’histoire de la fameuse tarte tatin, sont des créations qui ne ressemblent pas à ce que l’on s’était imaginé. On avait un rendu précis en tête et ce n’est pas le résultat obtenu. Sur le moment c’est complètement raté mais avec du recul on finit par se dire, après plus ou moins de temps, que finalement c’est assez joli et que c’est une bonne chose d’avoir découvert par soi-même la manière de faire un “nouvel” effet.
En revanche, les ratés fichus sont des erreurs de parcours que l’on redoute. Des choses dont on ne sait pas quoi faire et pour lesquelles notre proche entourage tente de nous consoler “ce n’est pas si terrible que ça”, “tu dois bien pouvoir le rattraper”. Merci bien mais c’est quand même moche et raté et je ne vois pas comment rattraper ce truc. D’ailleurs je lance une bouteille à la mer : on croule sous les tutos en tout genre mais il n’y en a presque pas sur des idées pour transformer des ratés ! Je déplore aussi de lire un peu partout, principalement venant de polyméristes expérimentées, qu’il ne faut pas craindre l’échec, qu’elles aussi en ont eu plein au début et font encore des ratés qui partent direct à la poubelle. Alors oui je veux bien y croire mais ça m’apparaît un peu comme une légende urbaine : tout le monde en parle mais personne ne les voit jamais ! J’aborde aussi le sujet dans un autre article que j’ai en préparation à propos du n°10 de P&co. Il est difficile de ne pas se remettre en question quand tous les modèles qui nous plaisent, les artistes qui nous inspirent, ne sont que réussites apparentes. C’est un peu comme les mannequins et les magazines parlant de régimes minceur, bien que les choses tendent à changer depuis quelques années. On a beau te dire “non mais c’est pas grave si tu n’es pas aussi mince qu’un mannequin, c’est très joli aussi une femme avec des formes”, celles que tu vois exposées partout, les héroïnes de films ou de séries, sont hors normes. Je crois que je m’égare.
C’est juste que j’aimerais voir des photos de ratés, voir à quel point ils peuvent l’être ou si c’est juste subjectif. Prendre conscience réellement que je ne suis pas la seule à galérer, me rendre compte de tout le travail que ça demande aux autres avant de réussir une magnifique création. Mais c’est une chose délicate que de se mettre à nu, de dévoiler ses faiblesses…

Bref, pour en revenir à nos moutons ou au moins au sujet principal de cet article, je disais donc que j’ai passé un temps fou à recouvrir tous mes petits bouts avec de la Fimo liquide colorée et que j’ai enfourné sereinement puisque la cuisson se passe toujours bien, ou presque, ça dépend si on prend en compte les plaques qui se gondolent, les plaques qui cloquent, les constructions sans armature qui s’effondrent… Aaaaaah pourquoi ne me suis-je pas méfiée ? Snif.

Oui snif ! J’ai l’habitude de cuire mes créations en mode “chaleur tournante” et je pense que, en tout cas dans ce cas de figure précis, ce n’était pas une bonne idée. Ça a déplacé la Fimo liquide en surface, j’ai donc des endroits redevenus tout blanc et d’autres où l’on ne voit plus bien le motif à cause de l’épaisseur, sans compter les couleurs de dégradé qui se retrouvent presque effacées. J’ai une autre hypothèse : j’ai cuit ça sur du papier sulfurisé qui n’est pas parfaitement plat puisque mes pièces sont fines et légères, et donc exposées légèrement en biais cela a dévié la Fimo liquide. Mais j’y crois moyennement parce que j’ai quand même une belle régularité de ratage…

Imitation céramique après cuisson
Imitation céramique après cuisson (Le jardin de Lys 2016).

Bon, toutes les pièces ne sont pas ratées. Celles faites avec la plaque d’Oyumaru rendent très bien (le carré en haut à droite et la forme biscornue). Je n’aime pas trop le rendu avec la plaque en silicone, mais certaines pièces correspondent au résultat escompté. Par contre, j’en ai un certain nombre, beaucoup trop à mon goût, que je qualifie de ratés fichus ! J’ai beau y réfléchir depuis quelques jours, je ne vois pas du tout comment les réutiliser et faire de jolies créations avec. Pas de poubelle, non je ne suis pas si cruelle, mais je vais punir ces petites pièces rebelles au fond d’un tiroir ! Et sinon je suis déçue par le rendu plastique de la Fimo liquide, si l’imitation céramique passe bien en photo, je trouve ça moins sympa en vrai.

Voilà, j’ai eu ma piqûre de rappel : les choses ne fonctionnent quasiment jamais du premier coup ! Je n’aurais pas dû laisser mon enthousiasme m’emporter aussi loin, il vaut mieux faire les tests sur un ou deux éléments seulement, pas une série complète crénomdédiou !
En attendant, ça m’a démotivée de m’y remettre les jours suivants. C’est comme quand on tombe, on se relève mais ça fait encore mal après et des fois on préfère attendre d’aller mieux avant de recommencer ! 🙂

2 réflexions sur “Multi-tests : imitation céramique, Oyumaru, plaque de texture Cernit

  1. Bon Julie c’est plus possible là ! On est beaucoup trop semblable, le sujet de l’article que j’ai programmé pour demain c’est… les ratés xD Va falloir qu’on arrête d’être trop pareille, ça me fait peur lol !

    Sinon pour l’effet céramique, il faut bien étaler la fimo liquide jusque sur les côtés. Perso j’utilise des encres dans la FL (conseil de Florence). Je te met deux liens pour que tu vois ce que ça avait donné chez moi :
    http://bricabrac-de-laura.fr/2014/10/16/atelier-ceramik-avec-creation-my-way
    http://bricabrac-de-laura.fr/2015/11/11/tout-vient-a-point-a-qui-sait-attendre

    J’adore l’effet avec avec la plaque oyumaru sur la pièce biscornu 😉
    Ne te décourage pas (je sais c’est plus facile à dire qu’à faire). Pour te remotiver cherche des idées d’ateliers qu’on pourrait faire à deux 😉

    1. Hahaha ! 😀 Il ne faut pas avoir peur, c’est cool qu’on soit sur la même longueur d’onde !
      En fait j’avais bien étalé la Fimo liquide jusqu’au bord mais ça s’est rétracté pendant le repos (le temps que je fasse tout), et puis comme tu le vois ça ne fait pas la même chose selon l’épaisseur du support.

      Je sais que les encres ont un meilleur rendu mais je n’en ai pas. Je n’en ai pas encore acheté parce que je ne sais pas quelle marque choisir mais surtout ce sera le méga dilemme pour le choix des couleurs et je ne peux certainement pas toutes les acheter ! xD
      Je mets tes liens de côté pour les lire plus tard, j’ai juste regardé les photos, les résultats sont superbes bravo !

      Je te vois venir ! En me disant de chercher des idées d’ateliers, c’est pour éviter de le faire hein, avoue ? Parce que tu ne sauras pas choisir parmi tes “3 millions de techniques” à tester ! 😀

Laisser un commentaire