[Fiche pratique] La cuisson des pâtes polymères

Après avoir passé des heures à modeler ta création, tu es fière et prête à la cuire. Ton objet délicatement tenu dans tes mains, tu es face à ton four et le regardes bêtement en te rendant compte que tu as oublié de te renseigner sur les méthodes et astuces de cuisson. Oups !

On commence par les plus simples telle que la température ou la durée, mais au fur et à mesure que l’on crée on a besoin d’en savoir plus ! Voici les informations que j’ai glanées pour vous :

Type de four

Il faut un four électrique. Les fours à gaz sont déconseillés car la température n’y est pas assez stable. De préférence un four dédié au bricolage et non à l’alimentation (à cause des vapeurs).

Température

A 110 °C pour la Fimo (attention aux tutoriels qui indiquent 130 °C, c’était valable pour l’ancienne Fimo, plus pour la nouvelle formule). Cependant elle peut supporter jusqu’à 130 °C encore, ce qui est pratique si on la mélange à d’autres marques de pâte polymère.

Quelle que soit la marque que vous utilisez, fiez-vous à ce qui est écrit sur l’emballage !

Durée

Elle est de 30 minutes maximum en une fournée. La durée peut être plus courte (pour les pièces fines ou translucides), mais pas plus longue. On peut recuire un objet autant de fois qu’on le souhaite après refroidissement. Cela est utile pour des créations compliquées ou grandes qui nécessitent de procéder par étape (pour éviter les déformations de manipulation par exemple).

Additifs

Vérifiez que les additifs que vous ajoutez dans ou sur la pâte polymère supportent la cuisson. Certaines colles ou vernis ne peuvent pas passer au four par exemple.

Supports

Vous pouvez appliquer la pâte polymère directement sur son support définitif et mettre l’ensemble de la création au four. Cela fonctionne pour certains matériaux (verre, carton…) et pour d’autres cela est fortement déconseillé (plastique, objet aimanté…). Dans ces cas-là, on collera à froid les créations en pâte polymère sur l’objet voulu.

De la même manière, on peut utiliser divers supports juste pour cuire les créations. Si le polystyrène est génial pour planter les perles sur des piques, c’est bon pour le séchage du vernis mais pas du tout pour le four !
On ne peut pas utiliser n’importe quoi non plus car la pâte polymère va prendre l’empreinte de son support. On évite tout ce qui n’est pas lisse (sauf si c’est le but recherché). On préfèrera utiliser une plaque en céramique ou en verre avec une feuille de papier sulfurisé (papier cuisson) dessus.
Pour éviter la déformation et les marques sur les perles ou les petits objets à accrocher, il y a tout un tas d’astuces possibles : la feuille de papier sulfurisée pliée en accordéon, le carton ou papier aluminium compacté dans lequel on plante des piques, on peut aussi mettre les piques à l’horizontale avec deux supports sur les côtés. On peut aussi remplir un récipient avec du bicarbonate de soude ou de la maïzena (ou d’autres poudres fines) dans lequel on posera les objets en pâte polymère.
Certaines créatrices (je vais retrouver mes sources…) disent que la pâte polymère translucide est plus translucide en la recouvrant de poudre ou en mettant un “couvercle” en alu par-dessus que lors d’une cuisson à l’air libre.

Fin de cuisson

Alors là, j’ai lu tout et son contraire, entre celles qui laissent refroidir l’objet dans le four, celles qui le sortent immédiatement et le posent dans un coin, ou encore celles qui plongent l’objet directement dans de l’eau froide (c’est bon pour la brillance et la transparence paraît-il).
En tout cas, il faut faire attention si l’on manipule la création directement : elle est encore un peu molle et donc déformable, elle ne deviendra dure qu’après refroidissement, et puis surtout c’est très chaud !

Laisser un commentaire