[Création] Pendentifs planches de bois fleuries

Ces dernières semaines nous n’avons pas beaucoup été gâtés côté météo, alors quoi de mieux que quelques fleurs et de la couleur pour égayer tout ça !

Je voulais faire des fleurs assez fines et délicates alors il me fallait un support pour les monter en collier et me simplifier le travail de la face arrière. J’avais en tête des images de fleurs qui poussent le long des façades de cabanes en bois ou de barrière, c’était donc l’occasion de m’essayer à l’imitation bois.

Je n’ai pas suivi de tutoriel précis, j’en avais déjà consulté plusieurs il y a un moment quand j’ai fait mon article sur les imitations, et puis j’en croise de temps à autres sur Pinterest. Par contre, je me suis inspirée du livre Pâte polymère, l’art et la manière de Sue Heaser pour choisir les teintes. D’ailleurs, elle présente la technique des matériaux stratifiés (onyx, malachite, bois) qui consiste à assembler des colombins de différentes couleurs et épaisseurs, à les replier sur eux-mêmes en gardant les lignes parallèles, à rouler en un colombin et renouveler l’opération jusqu’à la finesse des rayures voulues. C’est la méthode que j’avais prévu d’appliquer.

J’ai donc choisi la terre de Sienne (Premo n°5392) comme dominante de couleur à laquelle j’ai ajouté de l’ombre brûlée (Premo n°5053) et de l’ocre (Fimo pro n°17). Je voulais des nervures très fines, donc j’ai fait mon colombin en conséquence et je l’ai aplati à la MAP. J’ai découpé un petit rectangle pour mon premier pendentif et j’ai tracé des lignes plus ou moins marquées sur la face arrière pour donner du relief aux nervures. A ce moment-là, mon rectangle semblait de couleur uniforme, les traits avaient camouflé les nuances trop faibles de ma plaque. J’ai continué à texturer en frottant et en tapotant avec une brosse à dent. Avec une aiguille j’ai grattouillé et tracé le nœud du bois. Après ça, j’ai utilisé mes pastels secs (brun foncé, ocre, cannelle, orangé) dont j’ai appliqué quelques touches avec un pinceau sur ma pâte crue pour redonner des nuances de couleurs à mon bois. Après retournement de la plaque, j’ai refait toute la procédure sur la face avant. Et d’ailleurs j’ai légèrement texturé les tranches mais elles sont trop fines pour que ça ressorte bien donc je ne m’y suis pas attardée. J’ai percé mes pendentifs avec une aiguille avant cuisson.

Pour les nœuds du bois, je me suis inspirée d’un article de P’tits cailloux (Olga Nicolas) qui m’avait fortement marquée. Son imitation bois est très impressionnante, ça vaut le détour ! J’en ai retenu l’idée que les nœuds du bois ne sont pas forcément circulaires ou ovales comme on le voit dans de nombreux tutoriels. Creuser judicieusement la pâte et appliquer une teinte plus foncée au niveau du nœud suffisent à l’illusion.

En cherchant des modèles pour des petites fleurs, je suis tombée sur ça :

(Crédits inconnus)

Un véritable coup de cœur alors je me suis lancée ! Il s’agit d’une digitale ou queue-de-loup (à ne pas confondre avec gueule-de-loup ou muflier, et ouais…).

J’ai modelé des petites boulettes mauves de différents diamètres et je les ai creusées avec un outil conique en caoutchouc (Sculpey) en les faisant rouler délicatement sur le plan de travail sur la tranche. C’est très délicat à faire, si on creuse trop on perce l’extrémité, si on appuie trop ça se déchire, si on n’appuie pas assez c’est trop épais, en bref c’est un coup de main à prendre ! Après cuisson, j’ai coloré l’intérieur des fleurs avec de la peinture acrylique violette, plus foncée que la pâte. Mais ça ne me plaisait pas, alors j’ai repassé une couche de blanc, ça faisait rose et ça ne m’allait pas non plus. A force de peindre, repeindre et re-repeindre dans chaque fleur, ça donne des nuances très pâles de rose-mauve-blanc qui m’ont satisfaite. Ensuite, j’ai dessiné les points noirs avec un pinceau très fin. Quelle galère de ne pas trembler alors que la moindre erreur peut s’avérer problématique à rattraper ! Mais je ne m’en suis pas trop mal sortie, heureusement !

Pendentif bois foncé et digitale
Pendentif bois foncé et digitale (Le jardin de Lys 2016)

Ensuite j’ai enchaîné avec un coquelicot. Un incontournable puisque ça a longtemps été la fleur préférée de ma mère, mais aussi parce que le rouge ressort toujours bien. C’est une fleur assez simple qui se reconnaît facilement et qu’on peut donc styliser sans problème, ce qui permet de nombreuses variations.

Création et photo de Wellcraft Handmade (une artiste russe)

J’ai tellement aimé l’agencement des fleurs que je n’ai pas pu m’empêcher de le reproduire. J’ai beaucoup apprécié qu’il n’y ait pas vraiment de pétales distincts mais plutôt une corolle. J’ai énormément de mal à ne pas coller à la réalité, non que je n’aime pas, quand je vois les œuvres d’autres personnes ça me plait, mais je suis incapable de dessiner un personnage sans nez, ça me choque trop. Alors là, faire une fleur sans pétale, c’était un bon exercice.

Pendentif bois foncé et coquelicot
Pendentif bois foncé et coquelicot (Le jardin de Lys 2016)

J’ai utilisé à nouveau l’embout conique en caoutchouc. Il a une jointure qui d’habitude laisse des traces qui m’énervent, mais cette fois j’ai fait exprès d’appuyer avec ce côté-là pour marquer les traits des pétales et en même temps affiner la pâte. Pour le cœur des fleurs, j’ai mis un peu de Fimo liquide pour coller quelques micro-billes noires et j’ai enfourné.

Ha ça fait du bien quand les résultats sont jolis et que les galères sont minimes, alors j’ai complexifié les choses pour le suivant en optant pour la pensée. Déjà, il a fallu choisir la teinte et le motif de la fleur, il y a tellement de possibilités ! J’ai opté pour du violet soutenu et blanc, mais avec un marquage central foncé et large comme sur la seconde photo.

http://cizayo.com/

http://gvb-hausinfo-pub.unic24.net/home/fr.html

La teinte me plaisait bien crue mais je trouve qu’elle a trop foncé à la cuisson. Enfin, elle est bien, mais sur le bois marron ça ne ressort pas assez. J’ai peint le centre à l’acrylique, après cuisson, et j’ai eu du mal à trouver la bonne teinte. En plus je n’étais pas assez patiente pour laisser sécher entre deux couches, donc ça se mélangeait. J’ai bien été obligée de laisser sécher un peu quand j’ai vu que je n’arrivais pas à garder un jaune pur et puis aussi avant de faire les traits noirs pour éviter d’avoir des pâtés. De toute la série, c’est le pendentif que j’aime le moins, ça ne rend pas aussi bien que je l’imaginais et je ne sais pas comment faire mieux.

Pendentif bois foncé et pensée
Pendentif bois foncé et pensée (Le jardin de Lys 2016)

J’avais encore un petit bout d’imitation bois alors j’ai continué avec une violette. J’ai réutilisé le mélange violet de la pensée en le fonçant légèrement. Donc forcément ça donne encore un pendentif peu contrasté. Cette fois je n’ai pas de modèles à vous montrer puisque j’ai juste jeté un œil à Google Images pour avoir une idée de la forme des pétales et des feuilles.

Pendentif bois foncé et violette
Pendentif bois foncé et violette (Le jardin de Lys 2016)

Et voilà la première série terminée ! Comme j’ai bien remarqué que toutes les fleurs ne ressortaient pas bien sur le bois foncé, le lendemain j’ai décidé de faire un bois clair. J’ai gardé la même technique, avec une dominante de couleur sahara (Fimo soft n°70) à laquelle j’ai ajouté du gris rhinocéros (Premo n°5529) et de l’argent (Fimo effect n°81). J’ai retouché les teintes avec des pastels secs (gris foncé, gris clair, blanc, ocre, cannelle) mais pas trop sur le pendentif coquelicot parce que j’avais moins affiné les nervures et les nuances ressortaient donc mieux après le texturage.

Bon, vous l’aurez compris, j’ai refait un coquelicot. J’ai eu un coup de cœur pour le premier et je voulais voir comment ça rendrait sur du bois clair sachant que le rouge irait parfaitement.

Pendentif bois clair et coquelicot
Pendentif bois clair et coquelicot (Le jardin de Lys 2016)

Mais pour la suite je n’avais pas envie de refaire les mêmes fleurs, c’est moins drôle de faire des choses identiques d’autant plus qu’elles ne m’avaient pas très emballée, ça ne m’encourageait pas à les reproduire. Je ne sais pas pourquoi mais je trouve que le bois clair avec des plantes ça fait très champêtre, plus que le bois foncé, du coup je pense aux champs, au soleil, à la Provence.  Et quoi de plus lumineux qu’un tournesol ? La première photo a retenu mon attention par le dessin des graines du cœur mais j’ai préféré la couleur des pétales de l’autre photo, jaune avec les extrémités centrales un peu orangées.

(Crédits inconnus)

Création et photo de Nikush Jewelry

J’ai fait des pétales très fins, normal vu les dimensions du pendentif, mais avec le recul je pense que j’aurais pu les faire plus larges, sans les coller les uns aux autres sur chaque rangée, comme sur le premier modèle, ça serait plus joli. Mais je crains que ça ne rende pas pareil parce que forcément j’en mettrais moins. J’ai mis un peu de pastel sec orange sur le centre de la fleur en me demandant si les graines marrons tiendraient quand même : la réponse est oui ! J’ai texturé les pétales et les graines, avant de les placer, avec une aiguille tout simplement.

Pendentif bois clair et tournesol
Pendentif bois clair et tournesol (Le jardin de Lys 2016)

Et enfin, le dernier pendentif, pour lequel l’image des champs provençaux m’a dicté le choix de la fleur : la lavande. J’avais assez fait de fleurs mauve-violette, alors j’ai voulu faire une teinte différente : le bleu lavande. En plus j’étais sûre que cette douce couleur irait bien avec le bois clair. Pas de modèle cette fois non plus, c’est une fleur assez simple que j’ai souvent vu de près. J’ai fait une petite marque sur chaque fleur après coup car je trouvais l’ensemble trop lisse.

Pendentif bois clair et lavande
Pendentif bois clair et lavande (Le jardin de Lys 2016)

Mes préférés sont les coquelicots et je trouve que d’une manière générale le rendu est plus joli sur bois clair que sur bois foncé. En tout cas, ça me fait une belle collection !

Pendentifs planches de bois fleuries
Pendentifs planches de bois fleuries (Le jardin de Lys 2016)

 

Enregistrer

Laisser un commentaire