[Création] Parure fleurie rouge et blanc nacré

Cet été, j’étais invitée à deux mariages. Je le savais des mois à l’avance évidemment, mais rien ne pressait. Et puis, impossible de réaliser les bijoux avant d’avoir choisi la robe que je porterais. Quitte à repousser encore, j’ai attendu les soldes d’été, ce qui ne me laissait plus que deux semaines. Je ne savais pas trop ce dont j’avais envie comme bijoux. J’avais repéré quelques idées sur Pinterest mais beaucoup trop ambitieuses, avec de nombreuses fleurs délicates par exemple.

Tic tac, tic tac… J’ai fini par faire un tableau d’inspiration avec des modèles beaucoup plus simples et plus rapides à fabriquer. J’ai finalement jeté mon dévolu sur ce collier :

Création et photo : Tendance bijoux

Je voulais aussi faire une broche à cheveux et un bracelet mais c’est tombé aux oubliettes faute de temps.

Pour les couleurs de la fleur, j’ai choisi du transparent (Cernit 005) et du translucide rubis (Cernit 474) pour le cœur, aplatis très finement. J’ai tâtonné un peu pour trouver les bonnes tailles et formes des pétales. J’avais commencé par les blancs mais pour le cœur j’ai utilisé un emporte-pièce à cinq pétales (boîte Efco) donc j’ai adapté les dimensions des grands pour que ça corresponde mieux. Je les ai tout simplement découpés au scalpel à main levée. Pour les textures j’ai essayé plusieurs choses (donc oui j’ai recommencé mes pétales plusieurs fois) avant d’opter pour des traits à l’aiguille sur les blancs et une empreinte de papier crépon sur le cœur. Pour la cuisson j’ai dû me bricoler un support pour que la fleur ne soit pas plate, lui donner un peu plus de volume et de vraisemblance.

Fleur translucide sur son support de cuisson
Fleur translucide sur son support de cuisson (Le jardin de Lys 2016)
Fleur translucide et l'emporte-pièce utilisé
Fleur translucide et l’emporte-pièce utilisé (Le jardin de Lys 2016)

Quelle déception à la sortie du four ! L’aspect fait vraiment plastique, c’est totalement immettable et pas classe du tout.

J’ai donc refait une nouvelle fleur mais en changeant de couleurs et de techniques. J’ai remplacé le translucide par du blanc nacré (Sculpey 5101) et le cœur en carmin nacré (Cernit glamour 420). Je n’avais encore jamais essayé cette dernière teinte mais comme le carmin de la gamme Number One me plaisait, j’ai foncé.

Pour les pétales blancs, je voulais un motif moins grossier. J’ai fini par me décider par une texture au dotting tool (plutôt large), sur toute la surface, dans le sens de la longueur, en commençant par affiner délicatement les bords. Cette fois j’avais découpé les pétales avec un emporte-pièce en forme de feuille (de la même boîte Efco que l’autre).

Pour le cœur, j’ai changé d’idée toujours dans l’optique que la fleur soit moins plate. J’ai découpé des formes de gouttes à main levée et j’ai replié le bord arrondi pour former une sorte de cornet. A ce stade, je ne savais pas du tout comment finir le cœur : billes ou filaments ? Pâte polymère ou perles ? Alors j’ai cuit tel quel pour avoir déjà un premier aperçu.

Fleur nacrée et l'emporte-pièce utilisé
Fleur nacrée et l’emporte-pièce utilisé (Le jardin de Lys 2016)

Cette fois la forme et les couleurs nacrées me convenaient bien par contre je trouvais le carmin beaucoup trop rose… Alors j’ai recommencé une troisième fleur.

J’ai gardé le blanc nacré (S.5101) mais j’ai mélangé à parts égales le carmin (C.gl.420) avec du rouge Noël (Cernit N°1, 463). Rebelote pour tout le processus de fabrication. Cette fois j’ai ajouté des filaments blanc nacré au cœur et un petit tube en pâte blanche sous la fleur, puis j’ai cuit, avec une aiguille dans le tube. Il me sert à transformer la fleur en perle pour y glisser le fil câblé.

Comparaison des trois fleurs
Comparaison des trois fleurs (Le jardin de Lys 2016)

Et enfin ça me plait ! Du coup, je me lance dans la création des boucles d’oreille assorties et de perles pour garnir le collier. Je n’ai pas la patience de faire des perles minuscules bien rondes, alors quand j’ai vu qu’elles se déformaient à chaque fois que je tentais de les percer, je les ai faites cuire telles quelles. Je ne vous raconte pas le régal que ça a été, pendant plusieurs heures, de percer les billes (et mes doigts) avec une aiguille (je n’avais pas de foret) après cuisson. Certaines se sont légèrement fendillées, une ou deux se sont cassées mais globalement ça marche bien même si c’est long et douloureux comme méthode (ça use aussi un peu la pointe de l’aiguille qui s’arrondit).

Mais j’ai eu une belle récompense : les perles passent tout juste sur le fil câblé ce qui fait qu’elles tiennent parfaitement en place sans avoir recours à des perles à écraser, et ça c’est beau !

Avec tout ça, je n’ai pas eu le temps de monter les fils transversaux sous la fleur, ça nécessite de percer encore des perles…

Parure fleur rouge et blanche
Parure fleur rouge et blanche (Le jardin de Lys 2016)

Pour finir, je vais vous raconter mon ressenti après l’avoir porté deux jours. Vu sa finesse, vous vous en doutez il est hyper léger et il s’oublie facilement à un détail près : la fleur glisse inexorablement à l’aplomb, au milieu de la poitrine. Le collier ne tient pas dans sa magnifique disposition asymétrique affichée en photo, ce qui avait surtout retenu mon attention. Il faut donc maintenant que je trouve un “poids” à accrocher à l’attache derrière qui soit assez lourd pour maintenir le collier en place mais pas trop non plus pour ne pas le transformer en ras de cou qui pend dans la nuque.

Encore une affaire à suivre…

Enregistrer

Laisser un commentaire