[Challenge] Brûle-encens pyramide égyptienne

En ce début d’année, je me suis intéressée au forum Polym’air de rien en grande partie pour participer aux challenges. Je trouve super de voir les résultats sur Parole de pâte, de voir toute cette diversité de créations autour d’un thème commun. Le CTN (Creuse Ton Neurone) de janvier-février était : géométrie.

Il me fallait une idée en 3D à modeler et dans ma tête j’ai immédiatement pensé “géométrie + 3D = pyramide”. Il m’a fallu un bon mois de réflexion pour trouver les différentes possibilités de montage avec comme critère principal : que rien ne s’écroule à aucune étape.

Pour les dimensions, j’ai cherché l’angle de la pente des véritables pyramides et je me suis replongée dans les théorèmes du collège. J’ai choisi une base de 10 cm et j’ai fait un patron en carton. Mais avec un seul pan, je n’arrivais pas à visualiser le rendu final. Alors j’ai fait les trois autres côtés et j’ai scotché pour avoir une pyramide. Super, j’ai une pyramide miniature à l’image des véritables pyramides égyptiennes ! Oui mais voilà, en fait c’est une pyramide très aplatie et pas haute du tout. Je voulais vraiment garder l’angle exact mais entre une pyramide de moins de 10 cm de haut et une pyramide en Égypte, le point de vue n’est pas du tout le même. J’ai donc refait deux pyramides en papier, en augmentant d’un centimètre et de deux centimètres la hauteur. Après une longue hésitation, j’ai opté pour la plus haute (9 cm).

Pour l’armature, j’ai choisi la Fimo Air. C’était la première fois que je l’utilisais. C’est extrêmement mou ! La Fimo Soft et la Cernit sont presque dures à côté, c’est dire. Et puis je reviens sur le “ne colle pas” spécifié sur l’emballage. Effectivement une fois que tu as une fine couche qui a séché sur tes mains et tes outils, ça ne colle plus dessus. Comme cela fait un moment que je dois nettoyer ma machine à pâte, je l’ai utilisée pour faire mes plaques de Fimo Air, après ça je ne pouvais plus remettre à plus tard, le nettoyage est devenu indispensable. Avec ma MAP, la pâte polymère se déforme (fait des plis) au cran 7, avec la Fimo Air c’est à partir du cran 1 tellement la pâte est molle. En plus, ça ne se lisse pas du tout à la MAP, ça a un aspect un peu granuleux, avec des feuillets, comme quand on ajoute de la pâte polymère très sèche dans de la pâte conditionnée. Autre inconvénient, ça colle énormément au carreau de céramique et comme c’est mou, impossible de déplacer mes triangles. Ce n’est pas grave, je prends un bout de papier sulfurisé pour les faire directement dessus. Sauf que la pâte réagit avec et plisse le papier comme si j’avais posé une serviette humide dessus, du coup mes triangles ont des plis…

Après toute cette aventure, mes triangles sèchent à l’abri dans un coin mais, un peu pressée que je suis, je mets mon carreau de céramique sur le chauffage. Les angles des plaques se courbent vers le haut alors je pose un carreau à l’envers pour les maintenir bien à plat. Quelques minutes plus tard, je viens voir où ça en est. Des gouttes d’eau se sont formées à la surface des plaques et sur le carreau. Ha oui, ça sèche en évaporant l’eau contenue, zut…

Enfin j’ai mes quatre triangles, c’est presque la fête ! Maintenant il faut les assembler, je vais moins rire. Enfin, ce n’est pas comme si j’avais beaucoup rigolé avant hein. D’ailleurs, comme je voulais tester la découpe de la pâte auto-durcissante sèche, c’est à ce moment-là que j’ai taillé la porte et la pointe, en prenant donc le risque idiot de casser la plaque. Mais ça a survécu en faisant bien attention.

Je ne sais pas trop pourquoi je n’ai pas voulu ré-utiliser la Fimo Air pour l’assemblage, peut-être parce qu’à cause de sa mollesse je craignais que ça ne s’effondre avant que ça ne soit sec ou bien parce que j’avais la flemme de tout déballer alors que je me suis embêtée à mettre le paquet sous vide avec un Vacuvin. J’opte pour la Fimo liquide en me disant que ça se glissera bien dans les interstices. Je décide donc de me faire un support en carton aux bonnes dimensions et je le place à l’envers dans un pot. Craignant que la Fimo liquide n’adhère au carton, je fais une pyramide en papier sulfurisé, en pliant le surplus sur le côté pour n’avoir de trou nulle part (un peu comme un cornet mais avec des angles). J’installe alors mes triangles et là impossible de bien aligner les quatre angles. Mon support est trop approximatif et je me rends compte que les triangles ont rétréci d’environ 5 mm en séchant… Je cale avec un peu de papier aluminium entre le sulfurisé et le carton, j’alterne les triangles pour trouver la meilleure composition. J’aligne un angle, puis le suivant, et l’autre, et ça a tout bougé, et je continue encore pendant de longues minutes à batailler avec ma structure. Quand je suis enfin à peu près satisfaite, je fais les joints à la Fimo liquide, en repassant 2-3 fois parce que la Fimo est un peu absorbée. J’enfourne 10 min.

Ma structure refroidie, je vois que les angles ne sont pas bien jointifs, que la Fimo liquide n’a pas comblé les interstices, pourtant ça tient, presque à un fil. Je constate que la Fimo liquide n’a pas disparu, elle s’est juste accumulée au fond.

Structure en Fimo Air et support de cuisson en papier et carton
Structure en Fimo Air et support de cuisson en papier et carton (Le jardin de Lys 2016)

Avec énormément de délicatesse j’ai fait les joints intérieurs et extérieurs avec de la Fimo soft et j’ai repassé au four 10 min. Ensuite, j’ai fait des plaques (cran 3 de la MAP) couleur Sahara (Fimo 70) pour faire la doublure intérieure. Même si c’est une partie presque invisible j’ai voulu faire un décor, surtout pour m’entrainer avant de faire l’extérieur, le plus important. J’ai texturé avec du papier abrasif grain 40 et j’ai tracé des briques avec une aiguille mais le manque de place pour agir m’a fait faire un dessin très irrégulier. Nouvelle cuisson.

Intérieur de la pyramide après cuisson et avant peinture
Intérieur de la pyramide après cuisson et avant peinture (Le jardin de Lys 2016)

Tiens, sur cette photo on voit le décalage du coin en haut à gauche, pour les autres c’est mieux aligné, même s’il y a un décalage en hauteur qui donne un côté bancale à la pyramide.

Pour faire ressortir le grain et le relief, j’ai voulu passer de la peinture acrylique. J’ai choisi une couleur ocre qui ne ressortait pas bien sur la couleur sable et même lissait le motif. J’ai nettoyé comme j’ai pu et j’ai fait une couleur brun terne pour recommencer. Le résultat n’est pas idéal, le motif ressort beaucoup mieux mais ça donne une couleur pyramide déterrée. Tant pis pour l’intérieur.

Intérieur de la pyramide après peinture
Intérieur de la pyramide après peinture (Le jardin de Lys 2016)

Je m’attelle à l’extérieur : je refais des triangles Sahara avec mon gabarit. Il y a un espace vide à quelques angles, j’ai la flemme de refaire des plaques alors je comble avec une languette de pâte. Comme pour l’intérieur, j’avais oublié de le dire, j’ai badigeonné la structure avec de la Fimo liquide pour l’adhérence. Je galère encore un peu à lisser mes angles sans y arriver parfaitement et je pars manger (oui c’est important !). Quand je reviens pour texturer l’extérieur, la structure a bu en grande partie la Fimo liquide et la Fimo Soft colle plus à mon bout de papier à poncer qu’à la structure. Je remets un peu de Fimo liquide sur le bord et je finis de texturer. La pâte se détend à force et je sens qu’il y a un espace vide, qu’un côté n’adhère pas au support, tant pis ça ne se verra pas quand tout sera cuit et durci. Pour tracer les briques, cette fois je peux utiliser une lame et mes lignes sont bien droites, il y a quelques irrégularités mais c’est plutôt pas mal comme rendu. J’enfourne.

Je suis confiante et je n’aurais pas dû. Vous ne voyiez pas pourquoi je vous racontais tous les détails du collage à la Fimo liquide ? Et bien voilà pourquoi : le fin espace d’air entre la structure et la plaque extérieure s’est transformé en immonde cloque à la cuisson. En sortant la pyramide du four, je suis horrifiée ! C’est la course pour trouver quelque chose d’assez lourd mais assez petit pour tenir à l’intérieur de la pyramide que j’ai couchée sur le côté. Et je laisse comme ça toute la nuit. Le lendemain matin, je suis soulagée de voir que ça s’est parfaitement aplati ! Alléluia !

Par contre, j’ai deux petites cloques sur la façade avant qui m’embêtent bien, ça aurait été sur les côtés tant pis, mais là devant ça me gêne beaucoup. Une nouvelle cuisson plus aplatissement marcheraient-ils ? Que se passera-t-il alors pour l’ex grosse cloque ?

On est lundi 29, date de fin du concours, je pars tout à l’heure pour une semaine. Je n’ai pas résolu ce problème de cloques, je n’ai pas peaufiné la base, je n’ai pas fait le décor de la porte et je n’ai pas fait le bouchon de la pointe. Comme c’est quand même pour ce CTN que je me suis lancée dans cette création, je vais l’envoyer en l’état (j’ai toujours été nulle dans l’optimisation de mon temps pour finir dans les délais…) et je finirai une prochaine fois. Ah et il faut que je décide si je laisse en l’état la couleur ou si je tente de la peinture, dans une autre teinte que l’intérieur évidemment.

Je vous donne donc rendez-vous au prochain épisode ! 😀

Brûle-encens pyramide avant finition
Brûle-encens pyramide avant finition (Le jardin de Lys 2016)

4 réflexions sur “[Challenge] Brûle-encens pyramide égyptienne

Laisser un commentaire